Détails du blogue

Eutelsat présente sa constellation de nano-satellites pour l’IoT
Eutelsat présente sa constellation de nano-satellites pour l’IoT
Par Romain Doussau dans actualités Publié 25 septembre 2019 0 Commentaires

Eutelsat Communications lève le voile sur son projet de constellation ELO ciblant le marché de l’Internet des Objets (ou IoT).

La construction de cette constellation de nano-satellites débutera par une première série de quatre satellites, commandés auprès de Loft Orbital (ELO 1 et 2) et de Clyde Space (ELO 3 et 4).

Ces quatre satellites, dont les lancements sont prévus entre 2020 et 2021, permettront d’offrir un service commercial dès leur mise en orbite. Si les résultats sont concluants, d’autres satellites viendront rapidement s’ajouter aux quatre premiers, pour atteindre 25 satellites opérationnels à l’horizon 2022. L’investissement que représente cette constellation est inclus dans l’enveloppe d’investissements d’Eutelsat. Le coût de chaque satellite n’excédera pas 1 million d’euros.

Ce projet de constellation s’inscrit dans la continuité d’un premier nano-satellite commandé l’année dernière par Eutelsat auprès de Tyvak International. Devant être mis sur orbite en début d’année prochaine, l’objectif de ce satellite de test sera de confirmer les performances techniques de diverses formes d’ondes utilisées entre un satellite en orbite basse et des objets au sol.

Associer le satellite à l’IoT terrestre sera essentiel pour réaliser les économies d’échelle nécessaires au déploiement de l’IoT par satellite. Eutelsat a ainsi conclu un partenariat stratégique avec Sigfox, un des acteurs majeurs de l’Internet des objets qui gère dans 65 pays un réseau terrestre mondial bas débit dédié à cette application. En s’appuyant sur des objets connectés hybrides dont les informations peuvent être captées aussi bien par des réseaux terrestres que par satellite, Sigfox intègrera la couverture mondiale apportée par la constellation ELO au sein de son portefeuille de services de connectivité IoT.

Eutelsat – Les points à retenir

– Troisième opérateur mondial de satellites de télécoms, avec une part de marché supérieure à 30 % en Europe (y compris Europe centrale) ;

– Activité fondée sur des contrats à long terme, de 10 à 15 ans (durée de vie d’un satellite) offrant une bonne visibilité du carnet de commandes, égal à 3,3 fois le chiffre d’affaires), renforcé notamment avec Arianespace ;

– Flotte supérieure à 60 satellites générant un chiffre d’affaires de 2 Mds€ réparti entre la video pour 66 %, les services aux gouvernements pour 12 %, les data pour 10 %, la connectivité pour 12 % ;

– Diversité internationale entre l’Europe (34 %), l’Afrique du nord-Moyen-Orient (21%), les Amériques (10%), l’Afrique du Sud (9%), l’Europe centrale (8%)… , la politique d’investissements étant ciblée sur l’Afrique et l’Amérique latine;

– Fidélité des groupes de télévision – plus de 5 000 chaînes diffusées – à un opérateur de satellites en raison du coût de réorientation des antennes paraboliques des clients vers une nouvelle position orbitale;

– Maximisation de la trésorerie, par cessions de participations dans des satellites et le plan d’économies LEAP.

Source : www.capital.fr

Show Buttons
Hide Buttons