Article

Wize, une alliance de plus dans l’internet des objets industriel
Wize, une alliance de plus dans l’internet des objets industriel
Par Romain Doussau dans actualité Publié 24 mars 2017 0 Commentaire

GRDF, Suez et Sagecom s’allient pour former l’alliance Wize. Celle-ci va promouvoir une technologie bas débit longue portée utilisée depuis quelques années déjà pour connecter des compteurs d’eau, le VHF 169MHz. Une technologie idéale pour l’internet des objets industriels, jugent ses promoteurs.

Après LoRa, Sigfox, le NB-IoT, le LTE-m, voici une nouvelle technologie pour faire communiquer des capteurs à distance en consommant peu d’énergie : Wize. C’est le nom commercial d’une technologie radio utilisée depuis dix ans par des industriels pour la télé-relève des compteurs d’eau (en réseaux locaux), le VHF 169MHz. GRDF va aussi l’utiliser pour ses 11 millions de compteurs de nouvelle génération Gazpar, dont le déploiement débutera en mai, après un an de pilotes en régions. L’industriel va ouvrir cette technologie à d’autres acteurs pour la faire progresser et garantir sa pérennité.

Pour cela, il forme une alliance avec deux autres grands acteurs français, Sagemcom et Suez. Il a officialisé sa création ce 23 mars 2017 à l’occasion du salon IoT World de Paris. La Wize Alliance aura pour but de promouvoir la technologie en France et en Europe. L’idée est bien sûr d’avoir le plus de partenaires possibles pour augmenter le nombre d’objets connectés via cette technologie et faire baisser les prix des composants. A peine lancé, le groupement compte une trentaine de membres, intégrateurs, fabricants, comme Accenture, Matooma, Atos Worldgrid, ZTE…

QUELS ATOUTS, QUELLES FAIBLESSES ?
Mais comment compte-t-il se faire une place dans un paysage déjà surchargé ? En insistant sur ses points de différenciation par rapport aux autres technologies : une durée de vie plus longue (jusqu’à vingt ans) sans besoin d’intervention humaine, grâce à une consommation énergétique très faible ; une bonne connectivité à l’intérieur des bâtiments, en sous-sol et sous terre ; une robustesse et un niveau de sécurité conformes aux standards industriels (avec chiffrement des messages, qui peuvent aller jusqu’à une centaine d’octets). Mais surtout une pérennité assurée, là où les autres technologies dépendraient des cycles d’innovation des géants des télécoms.

GRDF va équiper 15 000 concentrateurs en France pour connecter 11 millions de compteurs, soit un réseau opérationnel jusqu’en 2042 minimum. Seul défaut, les objets connectés doivent être équipés d’une antenne assez imposante pour pouvoir communiquer avec le cœur de réseau.

MULTIPLES APPLICATIONS POTENTIELLES
L’alliance veut promouvoir l’utilisation de ce mode de communication pour plusieurs types d’applications : le smart metering en eau et en gaz, mais aussi les smart cities, la gestion des déchets, l’industrie 4.0, les énergies renouvelables… « Au-delà de ces applications, cette technologie permettra de mettre de l’intelligence dans le réseau lui-même », souligne Eric Rieul, directeur général adjoint de Sagemcom. « Elle va nous permettre de répondre aux défis lancés par les villes : offrir plus de services à des coûts plus bas, avec une meilleur qualité », ajoute Pierre Andrade (Suez). « Cela leur permettra d’innover de manière frugale, sans peser sur leurs ressources ». Le mode de commercialisation de cette technologie reste à définir. Une chose est sûre : Wize ne se voit pas comme un opérateur télécoms et l’alliance est à but non lucratif.

Source : www.usine-digitale.fr