Article

Un WiFi qui peut vous reconnaître grâce à votre morphologie
Un WiFi qui peut vous reconnaître grâce à votre morphologie
Par Romain Doussau dans actualité Publié 24 août 2016 0 Commentaire

FreeSense promet un programme qui permet d’identifier des individus grâce à un signal WiFi.

Vos objets connectés seront-ils bientôt capables de vous reconnaître dès que vous rentrez chez vous ? C’est ce que promet FreeSense, un programme qui permet d’identifier des individus grâce à un signal WiFi, le tout sans mettre en danger leur vie privée.

FreeSense

Identification humaine : entre innovation et danger

Avec la généralisation des objets connectés, la question de leur intégration dans nos vies quotidiennes se pose forcément. Dans cette optique, l’une des principales améliorations qui puissent leur être apportées est la reconnaissance des individus avec lesquels ils interagissent.
En effet, cela permettra à tous les objets du quotidien d’être entièrement personnalisables, ce qui constitue l’un des fondements de l’IOT. De plus, ils seraient mieux défendus contre les tentatives de hacking qu’ils peuvent connaître aujourd’hui, comme nous en avions parlé dans notre enquête l’année dernière. Ces appareils connectés ainsi améliorés pourraient vous reconnaître et interagir avec vous exactement de la manière voulue.

Jusqu’à présent, il y a eu plusieurs méthodes pour intégrer la reconnaissance humaine dans le programme des objets connectés, mais nombre d’entre elles peuvent ouvrir la voie à des dérives. En ce qui concerne la reconnaissance faciale, des algorithmes sont en effet capables de vous reconnaître même le visage caché. Quant aux empreintes digitales ; si elles venaient à être volées, cela reviendrait à vous voler un mot de passe unique et inchangeable pour tous vos objets connectés.

FreeSense : la solution ?

Dans leur quête pour trouver une méthode de reconnaissance humaine à la fois omniprésente et non intrusive, un groupe de chercheurs de la Northwestern Polytechnic University, en Californie, ont trouvé un moyen d’utiliser un signal WiFi pour identifier les personnes se trouvant dans une pièce. L’efficacité de la reconnaissance peut atteindre plus de 90%.

Le système, appelé FreeSense, utilise les interruptions dans les ondes WiFi pour reconnaître des individus selon leur morphologie et leur façon de se mouvoir. Comme tout le monde est différent et personne ne bouge de la même manière, chacun laisse une marque différente dans le signal WiFi. De cette manière, FreeSense est le seul moyen d’identification humaine qui sait se faire oublier tout en protégeant la vie privée.

Une telle technologie a déjà été utilisée par le passé dans d’autres buts. Par exemple, pour détecter la chute d’une personne ou déchiffrer des paroles. Cependant personne n’avait jusqu’à présent réussi à hisser cette technique jusqu’à lui permettre de reconnaître quelqu’un.

Des tests concluants

Afin de tester leur méthode, les membres de l’équipe ont utilisé un ordinateur portable et un routeur WiFi classiques dans un environnement de 30m². Conçu comme une « smart home », cet espace a été complété avec des accessoires domestiques typiques. Par la suite, neuf personnes ont fait office de famille témoin en utilisant l’espace et ses objets. Le but étant d’utiliser le WiFi pour reconnaître ces individus alors qu’ils se déplaçaient dans cet environnement.

Tout d’abord, les chercheurs ont entraîné leur système à différencier les différents individus en les faisant marcher un par un en ligne droite à vingt reprises. Une fois cette base établie, ils ont parcouru l’espace vingt autres fois pour effectuer le test du système.

Quand les neuf individus testaient l’appareil en même temps (chacun à son tour seul dans la pièce), le système les reconnaissait dans 75% des cas. Quand seulement deux personnes participaient au test, ce résultat montait à 95%.

En effet, plus FreeSense enregistre de personnes aux caractéristiques physiques et aux mouvements similaires, plus celui-ci a du mal à les différencier. L’équipe de chercheurs à identifier que le nombre idéal de personnes pouvant être identifiées se trouve entre deux et six, ce qui correspond à la majorité des familles modernes. Le taux d’identifications réussies reste de 88% avec six personnes participant aux essais.

Maintenant que FreeSense a été testé et approuvé, les chercheurs espèrent encore l’améliorer en effectuant plus de tests, par exemple avec plusieurs personnes dans une pièce en même temps.

Source : www.objetconnecte.net