Article

Strasbourg se dote d’un réseau expérimental pour l’Internet des objets
Strasbourg se dote d’un réseau expérimental pour l’Internet des objets
Par Romain Doussau dans actualité Publié 26 juin 2017 0 Commentaire

Strasbourg Europtimist, le site de l’Eurométropole de Strasbourg à destination des entreprises, annonce le lancement d’un réseau expérimental dédié à l’Internet des Objets (IoT pour Internet of things).

Ce réseau est une infrastructure qui permet d’étendre Internet aux objets physiques, qui peuvent être très variés, des lampes, des conteneurs, des véhicules… Fonctionnant grâce à la technologie Lora, un système de relais, il permet de transmettre des informations sur de très longues distances tout en utilisant peu de relais et très peu d’énergie, contrairement au WiFi. Ce réseau est déployé par deux entités strasbourgeoises, la start-up Strataggem et le laboratoire de l’Université ICube, spécialisé dans l’IoT.


Un réseau en phase de déploiement

Strataggem propose déjà des solutions liées à un réseau tel que celui-ci, par exemple en proposant des lampes et potences de vélo connectées qui permettent de lutter contre le vol. La start-up a déjà été lauréate d’un appel à projets Tango & Scan en 2015 et de la première édition du Kit Emergence du Shadok. Elle est également membre de la communauté French IoT du Groupe la Poste.

Ce réseau permet de mettre en place des services connectés à Internet tels que décrits dans la documentation du réseau :

  • sécurité : tracking pour retrouver les vélos volés, système anti-intrusion pour les logements,
  • environnement : télé-relève des compteurs électriques, eau, gaz pour permettre de détecter les appareils sur-consommateurs, les fuites ou prendre conscience des comportements conduisant au gaspillage,
  • vieillissement de la population : suivi des appareils de santé à domicile, piluliers permettant de distribuer les doses de médicaments prescrites par le médecins, systèmes d’alertes en cas de chute ou de situation de détresse,
  • santé : réseaux de capteurs surveillant la pollution de l’air et de l’eau,
  • confort et vivre ensemble : système d’éclairage urbain réactif et ornemental, réseau de capteur de niveau sonore pour prévenir les nuisances,
  • transports intelligents : amélioration des systèmes de signalisations, véhicules autonomes communicant entre eux pour la sécurité et la fluidité du traffic.

Ouvert gratuitement pour des tests

L’Eurométropole de Strasbourg offre l’accès à ce réseau aux entreprises, pour qu’elles puissent tester ses possibilités. Mais le réseau est également ouvert aux citoyens bidouilleurs, à partir du moment où il n’y a pas d’utilisation commerciale. Il suffit d’accepter des conditions d’utilisation et de remplir un formulaire. L’expérience permet aussi de faire progresser l’expertise de Strataggem, qui espère développer prochainement un réseau similaire, sur le modèle économique du « crowd sourcing » qui consiste à faire installer par ses utilisateurs des relais qui seront ensuite utilisés par tous.

Source : www.rue89strasbourg.com