Article

Schneider Electric à l’ère de l’IoT
Schneider Electric à l’ère de l’IoT
Par Romain Doussau dans actualité Publié 9 juillet 2018 0 Commentaire

Un nouveau centre de recherche de Schneider Electric a ouvert à Eybens. Il rassemble un millier de personnes pour traiter, développer et commercialiser les objets intelligents permettant d’améliorer de nombreux domaines stratégiques.

Une plage de sable fin et un ciel bleu. Des étincelles. Voici comment commence la vidéo de Schneider Electric qui présente ses objets intelligents utilisés dans l’aciérie d’Arcelor Mittal à Dunkerque.

Le « Modicon M580 » de Schneider, un automate faisant partie de cette nouvelle famille de l’IoT (Internet of Things) a été développé spécifiquement par le Lab EcoStruxure, une unité de recherche et développement de Schneider installée à Eybens. « Nous faisons de la captation d’informations, grâce au processeur qui va chercher les capteurs à distance pour assurer la sécurité des installations », explique le chef de maintenance de Dunkerque. Le laboratoire Schneider, sur la commune d’Eybens est lui, situé sur le technopole de 33 500 m2, et regroupe 1 100 collaborateurs. « Cette gamme intègre la simple prise électrique jusqu’au disjoncteur de gros bâtiment », précise Xavier d’Esquerre, directeur des sites de Grenoble.

Le laboratoire vient de recevoir la visite du député Jean-Charles Colas-Roy, le showroom dédié à EcoStruxure Power, étant situé sur sa circonscription. Cette structure, qui se concentre sur des solutions innovantes pour réduire les dépenses énergétiques. « Sur place, nous avons un demonstrateur qui permet d’expliquer les différents usages. L’un concerne l’hôpital, un autre sur le résidentiel… », précise le directeur de Schneider. Ainsi, l’entreprise promet jusqu’à 15 % de réduction des coûts d’entretien et 10 % de réduction des coûts énergétiques avec sa solution, composée de nombreux éléments.

Par exemple, de façon proactive avec un capteur (Power Tag) qui permet la mesure et la surveillance de charges du système électrique. Schneider dispose aussi de nombreux logiciel de monitoring énergétique. Ainsi, le député Colas-Roy, – d’ailleurs « co-créateur d’une entreprise spécialisée dans le conseil en efficacité énergétique » – a donc été sensible à ces questions et conquis par les réponses.

Schneider ne cesse de s’étendre à Grenoble

Cet exemple de l’utilisation des travaux de Schneider n’est qu’une goutte parmi la pléthore de débouchés de telles innovations. Ainsi, les équipes présentes au Lab EcoStruxure pourraient utiliser leurs innovations dans le domaine de l’énergie renouvelable. Il pourrait être très utile dans le cadre de micro-réseaux photovoltaïques par exemple. Les data-center, et leur consommation colossale d’énergie électrique seront aussi très friand de ce genre d’innovation.

Source :  www.lessor38.fr