Article

Ericsson double à 3,5 milliards sa prévision de connexions IoT cellulaires d’ici 2023
Ericsson double à 3,5 milliards sa prévision de connexions IoT cellulaires d’ici 2023
Par Romain Doussau dans actualité Publié 27 juin 2018 0 Commentaire

La dernière étude menée par Ericsson sur la mobilité a pratiquement doublé ses prévisions concernant le nombre de connexions IoT cellulaires par rapport à l’édition novembre 2017.

Désormais, le nombre de connexions IoT cellulaires devrait atteindre la barre des 3,5 milliards d’ici à 2023, sous l’impulsion notamment des déploiements à grande échelle actuellement menés en Chine, soit une croissance annuelle moyenne de 30%.

Les technologies NB-IoT et Cat-M1 (LTE-M), destinées au déploiement massif de l’IoT cellulaire, seront le moteur de cette croissance. Globalement, le nombre d’objets connectés à un réseaux IoT longue distance devrait atteindre 4,1 milliards d’unités à l’horizon 2023, ce qui laisse peu de place aux réseaux IoT non cellulaires type Sigfox ou Lora …

Quant aux objets connectés par des technologies courte portée ((Wi-Fi, Bluetooth, Zigbee, etc.), ils seront largement majoritaires (15,7 milliards d’unités en 2023) et leur nombre progressera en moyenne de 17% par an d’ici à 2023.

A ce jour, Ericsson recense dans le monde plus de 60 réseaux IoT cellulaires bâtis par les opérateurs mobiles sur la base de ces technologies et desservant un large éventail d’usages, principalement axés autour de la logistique et la gestion de flottes aux Etats-Unis, ou encore de l’agriculture et des villes intelligentes en Chine. Les déploiements à grande échelle vont conduire à accélérer la baisse des prix des jeux de circuits de connectivité IoT, ce qui engendrera une accélération supplémentaire de la croissance des connexions cellulaires IoT.

Premiers lancements commerciaux de la 5G dès cette année

L’étude d’Ericsson sur la mobilité s’est focalisée également sur le déploiement commercial de la 5G. L’Amérique du Nord devrait jouer un rôle moteur dans l’essor de la 5G, les principaux opérateurs américains ayant prévu un déploiement de la 5G entre fin 2018 et mi-2019. D’ici la fin 2023, près de 50% de tous les abonnements mobiles souscrits en Amérique du Nord devraient être des abonnements 5G. Suivront l’Asie du Nord-Est et l’Europe de l’Ouest avec, respectivement, des taux de souscription à la 5G de 34% et 21%.

Au niveau mondial, les premiers grands déploiements de la 5G devraient avoir lieu à partir de 2020. Ericsson prévoit qu’il y aura plus d’1 milliard d’abonnements 5G d’ici fin 2023, soit 12% environ du nombre total d’abonnements mobiles, une évolution stimulée par le besoin d’un haut débit mobile aux capacités améliorées.

Une multiplication par huit du trafic de données mobiles est également attendue sur la même période, atteignant près de 107 exaoctets par mois, soit l’équivalent de 10 heures de streaming vidéo en qualité Full HD par chaque abonné mobile dans le monde. D’ici 2023, plus de 20% du trafic mondial de données mobiles devraient transiter par des réseaux 5G, soit 1,5 fois plus que le trafic 4G/3G/2G total actuel.

A l’instar des précédentes technologies mobiles, la 5G devrait être déployée en priorité dans les zones urbaines de forte densité, avec pour premiers cas d’usage commerciaux le haut débit mobile amélioré et l’accès fixe sans fil. Côté industrie, les cas d’usage toucheront notamment les secteurs de l’automobile, de la fabrication, de l’énergie ou encore de la santé.

Des appareils 5G de première génération, de type “data only”, devraient faire leur apparition à partir du deuxième semestre 2018. Les premiers smartphones commerciaux capables de supporter la 5G dans la bande de fréquences moyennes arriveront normalement début 2019, tandis qu’il faudra attendre entre le début et la mi-2019 pour les bandes de fréquences supérieures.

Source : www.vipress.net