Article

Pourquoi Dell Technologies crée une division IoT
Pourquoi Dell Technologies crée une division IoT
Par Romain Doussau dans actualité Publié 12 octobre 2017 0 Commentaire

A l’occasion de son premier IQT Strategy Day à New York, Dell Technologies a annoncé la création d’une entité dédiée à l’IoT, Dell IoT Solutions.

La firme va investir un milliard de dollars dans les trois prochaines années pour le développement de technologies liées à l’IoT, en particulier le « edge computing », soit l’intégration de capacités de calcul et d’analyse aux capteurs, objets connectés et passerelles.

Oubliez déjà l’IoT (Internet of things) : Dell Technologies a désormais son propre acronyme maison, l’IQT. Soit un jeu de mot, ou plutôt de lettres, mélangeant l’intelligence (IQ en anglais, QI en français) et l’internet des objets (IoT) : des capteurs et réseaux d’objets connectés rendus plus « smart » grâce à l’intelligence artificielle. Une couche d’IA pas seulement ajoutée au moment du traitement des données dans le cloud mais de plus en plus directement à la source, avec l’intégration de capacités de calcul et d’analyse dans les objets et capteurs eux-mêmes (le « edge computing ») ou à proximité, en temps réel.

IOT SOLUTIONS, POUR MAXIMISER LES ATOUTS DU GROUPE DANS L’IOT

Pour se poser en pionnier de ce nouveau type d’infrastructure « distribuée », Dell Technologies a décidé de créer une nouvelle entité dédiée à l’internet des objets, Dell IoT Solutions. Chaque marque du groupe continuera à développer ses propres produits et services IoT de façon indépendante (VMware pour l’analyse des données et le cloud, Dell pour les serveurs et « edge gateways », Pivotal pour le développement d’applications…) mais la division IoT donnera de la cohésion à l’ensemble. Elle fixera les grandes orientations stratégiques, déterminera les priorités et pilotera le développement de nouvelles technologies pour chacune des entités du groupe. Dell Technologies poursuit ainsi sa stratégie de rapprochement engagée lors de la fusion Dell-EMC de 2016 et œuvre pour que ses différents business ne se vampirisent pas mais jouent de leur complémentarité. « Cette entité s’assurera de l’alignement des initiatives des différentes entités sur la stratégie du groupe », résume Marius Haas, Chief Commercial Officer de Dell / EMC. IoT Solutions sera dirigée par le CTO de VMWare Ray O Farrell.

Dell Technologies affirme vouloir investir 1 milliard de dollars dans ses programmes IoT (R&D, produits, labs, partenariats, écosystème) lors des trois prochaines années. Un effort « significatif », affirme John Byrne, président Global Channels Dell/EMC (mais on ne connaît pas le montant des investissements dans l’IoT des années précédentes). Il rappelle que l’entreprise dépense chaque année 4,5 milliards de dollars en R&D tous sujets confondus. Le groupe dispose aussi de son propre fonds d’investissement, Dell Technologies Capital. La division IoT Solutions orientera les prises de participation du fonds dans son domaine d’expertise, l’IoT et le machine learning.

DELL PIONNIER D’UNE NOUVELLE ARCHITECTURE INFORMATIQUE

Avec IOT Solutions, Dell Technologies affirme vouloir démocratiser le modèle du « distributed core computing ». Une révolution aussi importante, pour Michael Dell, que la création des mainframes ou du cloud, deux modèles très centralisés. Désormais, l’heure est venue de modèles informatiques plus décentralisés, avec des fonctions cloud relocalisées, de l’intelligence dans l’objet et juste à côté (edge computing) et un peu plus loin en périphérie (ce que Dell nomme les « distributed cores »). Car le cloud atteint ses limites en raison de la quantité toujours plus grande de datas à compiler et analyser, à la nécessaire réduction du temps de latence des objets, aux exigences de sécurisation des données… Et certains besoins en calcul spécifiques (notamment liés au machine learning) peuvent être pris en charge à la source.

« On a besoin de serveurs, de capteurs et de passerelles avec intelligence embarquée qui peuvent effectuer des taches de calcul localement. Il faut aussi un niveau de calcul intermédiaire « near the edge », le « distributed core » capable d’effectuer du calcul en temps réel », explique Michael Dell. Le fondateur de l’entreprise qui porte son nom explique que de nouvelles applications – véhicules autonomes, drones de livraison, robots industriels – nécessitent un temps de latence réduit à néant. Exemple parlant : « imaginez que vous conduisiez un smart truck sur une route de campagne, et qu’un cerf traverse brusquement la route devant vous. Que va-t-il se passer si l’information doit être traitée dans un cloud centralisé avant de revenir au véhicule ? Au mieux, vous allez manger du cerf au dîner », plaisante-t-il. Le « core » doit fonctionner comme une colonne vertébrale de l’objet et du service associé ; c’est une forme d’intelligence déportée qui ne nécessite plus que l’objet soit connecté en permanence. Chaque nœud du réseau contribue à la force de l’ensemble du réseau : plus il y a de nœuds « intelligents », plus le réseau est « collectivement » intelligent.

S’APPUYER SUR L’ÉCOSYSTÈME

Dell Technologies n’est pas le premier (ni le dernier) à évoquer le sujet. Microsoft, Nvidia et quelques autres, ont déjà axé leurs efforts sur le « edge computing ». Dell ne revendique pas la paternité de ce concept et se pose autant en leader qu’en partenaire d’initiatives externes. Il travaille avec Nvidia à l’otpimisation des serveurs pour le machine learning et le deep learning, contribue au projet Edge X Foundry, par exemple. Le groupe revendique le « plus gros écosystème IoT de l’industrie tech », rien que ça : il ne part pas de zéro pour imposer sa vision.

Source : www.usine-digitale.fr